Depuis quelques mois, une grande agitation règne tant dans les banques que chez leurs clients, en Israël, aux États-Unis, en Europe et en France. Effectivement, de nouvelles contraintes pèsent sur les détenteurs de comptes étrangers, olim ou citoyens de retour, d’origine américaine ou européenne. Esther Amar nous livre, après étude précise, quelques informations précieuses sur les exigences actuelles des banques israéliennes concernant les comptes détenus par des citoyens américains, qui laissent entrevoir ce qui, à terme, devrait concerner également les détenteurs français de comptes en Israël.

Il faut savoir d’abord que le fisc américain a engagé depuis quelques années une opération de recouvrement d’impôts, encouragée par le pré- sident Obama, dans le cadre de la crise financière américaine. Ainsi, dans ce contexte, la banque Léumi israélienne a été pénalisée par le ministère de la Justice américaine d’une amende de 950 millions de shekels pour avoir aidé des citoyens américains à ne pas déclarer tous leurs biens au fisc américain.
Depuis, la banque Léumi a dû établir un fichier énorme des clients concernés et des bénéfices qu’ils ont obtenus dans le cadre de leurs activités, afin que le montant des impôts dû soit fixé aux États-Unis. Les banques Mizra’hi, Tfa’hot et Hapoalim ont également été ciblées par le Fisc américain.

Lire tout l’article (pdf)